attariq aljadid

Accueil > Français > Actualités nationales > Que faut-il encore espérer pour l’année 2010 ?

Que faut-il encore espérer pour l’année 2010 ?

jeudi 31 décembre 2009

Par Larbi Chouikha

Chaque fin d’année, il est de tradition d’exprimer, sur nos colonnes, nos souhaits ardents et de plaquer nos espoirs sur la nouvelle année. Pour l’année 2009, nous avions souhaité, du fond de nos cœurs, que les échéances électorales d’octobre se déroulent dans la transparence et dans une saine émulation entre tous les protagonistes de la vie politique.

Nous avions espéré que les institutions publiques s’en tiennent à la stricte neutralité et que nos médias respectent les principes d’égalité de traitement des formations en lice dans la couverture des élections conformément aux lois en vigueur, que la campagne électorale soit l’occasion pour chaque formation politique de défendre publiquement son projet mais aussi de dresser le bilan de l’action gouvernementale, que le vote populaire soit sacré, qu’il s’exprime dans la totale transparence et que les résultats sortis des urnes soient l’incarnation réelle et sans conteste de la volonté populaire,….

A chaque fin d’année, nous réitérons les mêmes vœux pour que l’année qui s’annonce soit celle de la proclamation d’une loi d’amnistie générale, prélude à la réconciliation nationale de laquelle aucun citoyen ne sera exclu, pour que tous les exilés et réfugiés puissent rentrer chez eux, pour que la LTDH recouvre ses droits et sa liberté d’action et de mouvement, pour que les actes de torture soient publiquement dénoncés et que leurs auteurs soient condamnés, pour que le langage de la force et la politique du tout répressif soient bannis à jamais au profit du débat d’idées contradictoires véhiculé, entre autres, par des médias crédibles et percutants dans un espace dans lequel se déploient des institutions publiques, légitimes, représentatives, autonomes,…..

Mais, aujourd’hui, dans cet état de crispation et de frilosité bien perceptible, qui oserait encore formuler des espoirs et des souhaits pour la nouvelle année au risque de passer pour un utopiste ? En effet, après les déceptions engendrées par les dernières élections, après les lourdes sentences prononcées à l’encontre des étudiants de l’UGET, après l’arrestation et la condamnation de journalistes, après les vexations de toutes sortes dont sont victimes des défenseurs des droits de l’homme et les ignominies inqualifiables par lesquelles certains journaux de la place les couvrent en toute impunité, après les obstacles « administratifs » les plus divers destinés à entraver les activités des organisations politiques et des associations - légales - … ressasser les mêmes vœux en feignant d’ignorer la situation présente devient peu sérieux, voire cocasse. Pourtant, quelle autre alternative politique peut-on prôner, sinon de caresser encore et toujours l’espoir que la raison, le bon sens et l’intelligence, l’emporteront un jour !

Faut-il rappeler qu’entre les années 1970 et 1980, des sphères d’autonomie et des droits nouveaux avaient été arrachés à la faveur des luttes sociales et politiques, et une ébauche de culture et de tradition démocratiques avait commencé à éclore dans le pays ?
Aujourd’hui, que reste t-il donc de tout cela ?

Alors, s’il faut exprimer un seul et unique vœu à l’orée de l’année 2010, c’est que l’opposition démocratique et, avec elle, les ONG et les personnalités indépendantes, défendent d’une seule voix et de manière énergique les acquis et les valeurs démocratiques qui sont en sursis et, surtout, qu’elles agissent sur les événements en cours, non pour les accompagner comme elles ont coutume de le faire, mais pour les propulser selon un agenda préétabli en se muant, du coup, en acteur incontournable de la scène politique. Mais il faudrait au préalable que les divergences et les particularismes de tous bords soient mis en veilleuse, que la compétition pour le leadership de l’opposition s’efface peu à peu au profit de la défense de notre socle commun constitué des valeurs de liberté, de justice, de tolérance, d’égalité hommes/femmes, de l’intérêt public...

Le défi qui se pose à nous, désormais, porte sur la possibilité de faire émerger à partir de nos idéaux communs, de nos expériences communes, une alternative populaire et crédible à même de fédérer toutes celles et tous ceux qui refusent la gestion opaque et autoritaire de la chose publique et préfèrent le langage de la raison et de la lucidité, à celui de la force et de la vindicte ! Peut-on l’espérer ?

Saisissons aussi l’occasion pour souhaiter à nos lecteurs, à nos amis, à nos compagnons de route, à tous les militants de la liberté, des droits de l’homme et de la justice, ainsi qu’à tous nos concitoyens, tous nos vœux de bonheur en espérant, malgré tout, que l’année 2010 sera meilleure que les années précédentes !

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose