attariq aljadid

Accueil > Français > Fenètre sur le monde > Immigration et Identité nationale française

Immigration et Identité nationale française

samedi 30 mai 2009

Dr SAHLI Salem

Alors qu’il n’était que candidat à l’élection présidentielle française, Nicolas Sarkosy avait appelé de ses vœux la création d’un ministère de l’identité nationale et de l’immigration. Il s’y était même engagé en cas de victoire et il a tenu sa promesse malgré les protestations d’une bonne partie de l’opinion.

Je suis de ceux qui pensent que l’association des deux termes « immigration » et « identité nationale » est choquante, car elle sous-entend que l’immigration constitue une menace pour la culture et les valeurs françaises. Et dans ces valeurs, monsieur Sarkosy s’en va disserter sur la monogamie, l’égalité homme-femme, la laïcité, la République, la démocratie, la langue française…que sais-je encore. Il lui est dès lors facile d’agiter, sans même avoir à la nommer, la menace que l’immigration représente pour la culture française. Et les amalgames populaires font le reste. Ce jeu très à la mode en France dénote d’une vision simpliste, voire simplette, de la société française.

Qu’est-ce que l’identité nationale ? A partir de quel jour, quel mois, quelle année commence t-on à devenir français ?

Ce sont ceux qui crient au loup qui l’introduisent dans la bergerie. L’identité française n’est nullement menacée par les musulmans de France ( pour faire court puisque c’est d’eux qu’il s’agit ). Nous assistons par contre à une peur panique chez certains « français de souche » de voir évoluer le contenu de la nationalité française. Il s’ensuit chez eux une crispation identitaire qui contribue à alimenter une autre crispation chez les autres « français de fraîche date » et c’est l’escalade. Pourtant, il va falloir s’y faire car c’est ainsi : les "barbares" sont bien récalcitrants, ils s’obstinent à conserver des éléments de leur héritage culturel propre et à refuser de les gommer. En quoi est-ce une menace pour l’identité française ? D’ailleurs, les regards extérieurs, la stigmatisation, la mise à l’écart et la discrimination attisent chez les populations d’ascendance musulmane le sentiment communautariste qui les condamne à n’exister que sur un mode réactif. Cette question d’identité menacée, tout comme celle du foulard islamique il n’y a pas si longtemps, n’est qu’une manœuvre politicienne qui n’honore pas ses auteurs.
Parler de la création d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale revient à noyer le poisson en lâchant à la vindicte populaire une tête de turc, l’immigré, pour nier la réalité des besoins des français à savoir, emploi, logement, sécurité, dignité, égalité…

L’identité d’une nation n’est pas quelque chose de figé ou d’immuable. Elle évolue, se construit au gré du temps, par strates successives, à la faveur des influences multiples, des grands événements, des grandes décisions... mais aussi au contact des migrants qui y apposent nécessairement leurs empreintes. Alors, au lieu de regarder par le petit bout de la lorgnette, de restreindre le champ de son identité, tout être humain devrait au contraire revendiquer ses appartenances multiples. En France, chacun peut et doit vivre pleinement sa culture, sa religion sans que cette culture ou cette religion ne deviennent l’alpha et l’oméga de son identité.

N’en déplaise aux nationalistes de tout poil, l’identité nationale française est en fait un pot pourri de multiples influences étrangères qui se sont agrégées au gré de l’histoire du monde. Les Grecs, les Latins, les juifs ont contribué à la construction de cette identité. Mais les Arabes aussi y ont laissé des traces, ne serait-ce que dans le domaine scientifique. En effet, la science sortie du ventre grec n’a t-elle pas longuement séjourné dans la couveuse arabe avant de venir grandir en Europe et particulièrement en France ? . Sans les hôpitaux du Caire et les minarets de Damas, l’esprit scientifique serait probablement mort au berceau.

Alors, que ceux qui voudraient aujourd’hui redéfinir ce qu’est qu’être français nous éclairent. De toute façon la société française n’arrêtera pas d’évoluer. Espérons seulement que cette interrogation pleine de malice sur l’identité ne dégénèrera pas en fièvre nationaliste. Ce qui s’est passé en ex-Yougoslavie mérite d’être médité.

Dr SAHLI Salem

Hammamet

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose