attariq aljadid

Accueil > Français > Education et formation > L’école de commerce, les patrons et les élections de 2009

L’école de commerce, les patrons et les élections de 2009

dimanche 8 juin 2008

A l’occasion de son vingtième anniversaire, l’Ecole Supérieure de Commerce de Tunis a organisé, les 2 et 3 juin 2008, en collaboration avec l’Université de la Manouba et avec l’appui de l’UTICA, un Colloque International sur le thème : « La Responsabilité Sociale de l’Entreprise : Nouveaux enjeux, nouveaux comportements ».

Le thème de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise est intéressant en soi. Des spécialistes internationaux, européens et maghrébins étaient présents pour enrichir les débats. Mais on était surtout curieux d’entendre les représentants des patrons (les présidents des fédérations du textile, du transport, de la mécanique…) disserter sur la question au moment même où le septième Round des négociations collectives entre partenaires sociaux achoppait, notamment à cause des réticences patronales à reconnaître et à protéger le droit syndical dans leurs entreprises.

Car la Responsabilité Sociale de l’Entreprise est définie par l’Union Européenne comme étant l’intégration par l’entreprise dans ses activités des préoccupations environnementales et sociales, notamment un bon climat de travail, un système de rémunération juste et une valorisation de l’être humain.

Or, pour les patrons présents, la Tunisie n’aurait rien à envier en la matière aux pays européens surtout côté législation. Seulement, et même si M. Mohamed Naceur n’a pas voulu divulguer le chiffre des entreprises tunisiennes ayant adhéré au Pacte Mondial – initiative lancée en 2005 par l’ONU invitant les entreprises à signer une charte de principes promouvant la Responsabilité Sociale de l’Entreprise – on a pu savoir par nos propres moyens qu’elles étaient seulement 39 et que ce chiffre stagne depuis 2007. Le débat a donc été une nouvelle occasion de constater le hiatus qui sépare législation et discours, d’un côté, et pratiques, de l’autre.

Mais, la surprise du colloque fut son épilogue, quand l’un des patrons présents à la tribune se chargea de lire à l’assistance un texte pour les informer que TOUS les participants au colloque (donc y compris les étrangers !) demandent au Président de la République de se porter candidat aux élections présidentielles de 2009.

Drôle de conception de la démocratie et du pluralisme !! Il est malheureux que nos « élites » économiques et intellectuelles en soient encore là. Si les organisateurs du colloque et, en particulier, les représentants de l’UTICA veulent faire acte d’allégeance, libre à eux. Mais ils ne peuvent impliquer dans cette opération TOUS les participants à moins qu’ils ne les aient consultés un à un à propos de leur opinion sur la question et constaté une unanimité.

De mémoire d’universitaire, on n’a pas assisté à une aussi grossière instrumentalisation politique d’un colloque « scientifique ». Et il est malheureux que ce soit l’Ecole Supérieure de Commerce de Tunis, qui fêtait pourtant son vingtième anniversaire, qui inaugure une si triste tradition…

I. K.

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose