attariq aljadid

Accueil > Français > Actualités nationales > La Tunisie parmi les 12 pays épinglés comme « ennemis d’internet », selon (...)

La Tunisie parmi les 12 pays épinglés comme « ennemis d’internet », selon RSF.

mardi 5 mai 2009

Dans son rapport annuel 2008 rendu public en mars dernier, les douze "ennemis d’internet" répertoriés par l’organisation de défense de la liberté de la presse sont, en plus de la Tunisie, l’Arabie Saoudite, la Birmanie, la Chine, la Corée du Nord, Cuba, l’Egypte, l’Iran, l’Ouzbékistan, la Syrie, le Turkménistan et le Vietnam. « Tous ont transformé leur réseau en intranet, empêchant les internautes d’accéder aux informations jugées indésirables et ont mis en place une répression quasi-systématique des internautes qui sont à l’origine de ces informations », mentionne le rapport de RSF.

La Chine détient le record du nombre de cyberdissidents emprisonnés (49), suivie du Vietnam (7) et de l’Iran (4). Au total, RSF a recensé 69 cas de personnes emprisonnées "pour s’être exprimées librement sur internet".

A propos de la Tunisie, on peut lire notamment dans le rapport : « En 2008, Internet a été la cible de nombreuses attaques, empêchant toute critique envers le régime, empêchant la diffusion à grande échelle de toute critique. Ironie du sort, c’est le secteur des télécommunications qui est l’un des moteurs de l’économie tunisienne ».

Sur les procédés de filtrage, le rapport indique que : « Le filtrage des sites Internet est une pratique répandue face à la popularité du cyberespace auprès des Tunisiens. Les 281 “Publinets” - accès publics à Internet - sont les lieux privilégiés des 18-25 ans. Les sites les plus connus en matière de défense de droits de l’homme, ainsi que les principaux proxies comme Anonymizer et Guardster sont inaccessibles. »

Pratique courante du filtrage

« …Le filtrage est une pratique courante, à laquelle sont régulièrement confrontés les blogueurs tunisiens, qui ont d’ailleurs organisé la “journée contre la censure des blogs”, le 4 novembre 2008. Le 10 avril 2008, des vidéos publiées sur le Web ont permis de mesurer la gravité de la situation dans le bassin minier de Gafsa (sud du pays) suite à la répression exercée par les autorités lors d’une manifestation dans les villes de Redeyef et Moulares. Ces vidéos constituaient les rares sources d’information sur cet événement. Le 11 juin 2008, les blogs samsoum-us, romdhane et RoufRouf ont été rendus inaccessibles suite à leur traitement de ces manifestations. Des affrontements entre l’armée et des ouvriers qui dénonçaient le chômage et le coût de la vie avaient entraîné la mort par balles d’un manifestant ». On apprend par ailleurs, qu’en « deux ans, le site d’information Tunisnews a fait deux fois l’objet d’attaques informatiques et sa liste de diffusion des articles a été détruite en 2003 et 2006….Le site Internet du magazine Kalima est inaccessible depuis le 8 octobre 2008…. »

Le rapport mentionne aussi que « Les connexions privées de certains journalistes et opposants sont coupées pour des "raisons techniques" ou alors, le débit est diminué afin d’augmenter le temps de téléchargement des pages Internet et de restreindre ainsi la consultation des sites. Ces procédés découragent petit à petit la blogosphère, qui ose moins critiquer la politique du gouvernement. Certains blogueurs abandonnent même. Mais d’après des experts en sécurité informatique, les connexions Internet seraient individualisées.

Ainsi, deux internautes critiques envers le régime n’auront pas la même connexion ni le loisir de consulter les mêmes sites Internet. De plus, cette connexion ne serait pas spécifique à un poste informatique donné, mais à un compte individuel. De ce fait, la connexion d’un individu resterait la même chez lui et au bureau ».

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose