attariq aljadid

Accueil > Français > Actualités nationales > Banque de Tunisie : Le virage ?

Banque de Tunisie : Le virage ?

mardi 3 juin 2008

Les actionnaires de la Banque de Tunisie se réuniront donc le 16 Juin 2008 pour approuver un bilan confirmant son statut de « Banque la plus rentable », avec un bond extraordinaire de son résultat pour l’exercice 2007, qui passe à 60 millions de Dinars, soit 50,82% de plus qu’en 2006.

Ce résultat réjouissant pour les actionnaires est le produit de toute une stratégie de modernisation des outils et des méthodes de gestion déployées depuis de nombreuses années par l’équipe dirigeante de la banque, assurant transparence et stabilité dans les performances, et portée par l’effort continu de son personnel, considéré par les analystes comme le plus « productif » de secteur bancaire tunisien.

Cette stratégie de modernisation est indissociable de la volonté affirmée au fil des ans par le Conseil d’administration de maintenir l’indépendance de la banque à l’égard de tout intérêt particulier, en diversifiant la répartition du capital tunisien (prés de 75%) et en ne laissant aucun groupe économique devenir dominant en son sein.

Il est vrai que la prudence inhérente à l’activité bancaire en matière de crédits, comme de placements, suppose une indépendance de la décision, l’application de critères égaux pour tous, ainsi qu’une neutralité et une obligation de réserve peu compatible avec les intérêts particuliers des grands groupes économiques.

Au vu des derniers résultats (comme des précédents d’ailleurs), les actionnaires ne pourront que rendre hommage à la stratégie payante des anciens dirigeants, mais, paradoxalement, ils devront aussi ratifier la « cooptation » de nouveaux administrateurs représentants de grands groupes privés tels que la SFBT, le groupe Hamrouni, le groupe Trabelsi, en remplacement de trois anciens ministres (dont deux anciens ministres des finances) Mrs, Abderrazak Rassaa, Tijani Chelli et l’ancien PDG Faouzi Belkhahia !

Ce remplacement a fait l’effet d’un coup de tonnerre sur la place financière de Tunis, même s’il était attendu après l’annulation du PV du Conseil d’administration du 28 Mars 2008 et la nomination de la nouvelle P.D.G (cf. Ettarik El Jadid N°75), créant « l’incertitude et le manque de visibilité » chez les actionnaires.

N’est-ce pas là un changement complet d’orientation, de stratégie qui, avec l’entrée au C.A de la B.T, de « la frigorifique » et de groupe Trabelsi, risque de remettre en cause toute la politique précédemment appliquée (et payante pour les actionnaires) ?

Après des hommes politiques, profondément avertis des questions financières de par les hautes fonctions qu’ils ont occupées et pour qui le milieu bancaire n’a pas de secret, des ex-administrateurs unanimement salués pour leur neutralité, le choix se porte sur les dirigeants d’entreprises profondément impliqués dans une stratégie de développement de leurs groupes.

Plus généralement, n’est-ce pas là une main-mise par deux grands groupes économiques sur le fleuron de la finance tunisienne, avec le danger de mettre cet important instrument de crédit au service d’intérêts particuliers, alors que sa vocation était de servir au développement général de l’économie tunisienne ?

Et c’est là que le bât blesse, comme le prouve la brusque dégringolade de l’action BT, qui a enregistré une forte baisse de 18% ces derniers jours !

Quand on sait que les résultats aujourd’hui affichés sont exemplaires et même spectaculaires, cette baisse ne peut être imputée à des causes « techniques », mais beaucoup plus à un sentiment de malaise, une chute du « capital confiance » chez des actionnaires(petits et grands, d’ailleurs) qui sentent intuitivement que tout cela leur échappe et que cet « îlot » que représentait la Banque de Tunisie dans la paysage financier tunisien est en voie d’être submergé par la puissante vague d’affairisme et de capitalisme dominant !

Mohamed Farhoum

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose