attariq aljadid

Accueil > Français > Actualités nationales > Comité national de soutien aux habitants du Bassin Minier appelle à la (...)

Comité national de soutien aux habitants du Bassin Minier appelle à la libération des prisoniers

lundi 23 février 2009

Communiqué

(Traduit de l’Arabe, F.Ch – FTCR)

Cassation

Suite aux lourdes peines prononcées (allant de 8 ans de prison ferme à 2 ans avec sursis) par la Cour d’appel de Gafsa dans le procès des dirigeants du mouvement de protestation qu’a connu le Bassin Minier, la défense – composée du bâtonnier Béchir Essid, De maître Zouheir Yahyaoui et de maître Ali Kalthoum – s’est pourvue en cassation.
Le CNSHBM exprime son souhait que la cassation puisse rendre justice aux accusés. Il souhaite dans le même temps que les autorités politiques fassent preuve d’une volonté réelle de libérer tous les détenus.

L’état de santé des prisonniers est préoccupant

Les avocats des prisonniers du bassin Minier et des membres de leurs familles ont averti le CNSHBM que nombre des prisonniers à Gafsa souffrent de conditions de détention déplorables et que leur état de santé s’est dégradé à cause de l’absence de soins.

En effet, Ms. Haroun Hlaimi, Boubaker Ben Boubaker, Rachid Abdaoui, Moudhaffar Labidi, Othman Ben Othman et M. Jihad El Malki dorment par terre dans une chambre devant accueillir 40 personnes alors qu’elle en compte 93 actuellement. Certains prisonniers se plaignent de maladies survenues suite aux violences dont ils ont fait l’objet lors de leur détention.

Ainsi, Boubaker Ben Boubaker souffre d’une allergie, de maux de tête et d’un hématome au niveau de son genou. Abid El Khlayfi se plaint de douleurs aux yeux et à l’estomac. Tarek Hlaimi souffre quant à lui d’un rhume aigu et ce depuis longtemps ; il a par ailleurs besoin de changer ses lunettes de vue. Adel Jayyar est, lui, victime d’urticaire due à l’humidité à l’intérieur de la prison. Sami Amaidi souffre d’une toux aiguë et de maux de tête ; Abdessalem Helali se plaint de douleur à l’oreille suite aux coups reçus lors de son arrestation. Il a peur que la gorge soit infectée si les autorités pénitentiaires continuent à lui refuser l’accès aux soins.

Cette situation appelle une intervention urgente du ministère de la justice et des droits de l’homme censé veiller à l’application de lois nationales et internationales relatives aux conditions de détention et à l’accès aux soins pour les prisonniers.

Les conditions d’emprisonnement de M. Adnane Hajji qui séjourne à la prison de Kasserine ne sont nullement meilleures que celles de ses camarades. En plus du surnombre dans la chambre qu’il occupe, la porte demeure ouverte tout au long de la nuit et ce malgré le froid. M. Hajji est privé de son courrier ; jusqu’à vendredi 13 février, il n’avait pas encore reçu le bulletin scolaire de sa fille qu’il lui été envoyé depuis quelques semaines. Par ailleurs, A. Hajji – ayant fait don de son rein à sa femme – a besoin d’un suivi médical trimestriel.
Le CNSHBM appelle les autorités à garantir à A. Hajji tous les soins et les contrôles médicaux dont il a besoin. Il demande qu’il soit transféré à la prison de Gafsa pour soulager les souffrances de sa famille.

L’état de santé de M. Béchir Labidi qui a regagné l’hôpital Ariana (maladies respiratoires) après l’audience d’appel du 04 février 2009, reste lui aussi préoccupant. B. Labidi continue à montrer une faiblesse générale et n’arrive pas à reprendre du poids suite à la maladie qui l’a attaqué à la prison de Kasserine.

Le CNSHBM souhaite un prompt rétablissement à B. Labidi.

Le Comité national de soutien aux habitants du Bassin Minier estime que la solution lucide serait de libérer tous les prisonniers du bassin Minier et d’entamer une véritable négociation avec les dirigeants du mouvement, négociation à même de trouver des sorties pour tous les problèmes dont souffre la région.

Tunis : Le 15 février 2009

Pour le Comité National de Soutien aux Habitants du bassin Minier

Messoud Romdhani

Abderrahman Hedhili


Communiqué

(Traduit de l’ Arabe, F.Ch - FTCR)

Hier, dimanche 15 février, Maîtres Chokri Belaid et Karim Katib ont été privé de se rendre à Haffouz – gouvernorat de Kairouan- où maître Belaid – membre du CNSHBM et du comité de défense des prisonniers - devait intervenir sur les conditions du déroulement du procès des dirigeants du mouvement de protestation à Redeyef dans les locaux de l’Union locale de travail à Haffouz. Malgré diverses interventions du Bâtonnier Béchir Essid et de maître Ayyachi Hammami qui s’est même déplacé pour apporter son soutien à ses confrères auprès des services de sécurité, maître Belaid et maître Katib sont restés jusqu’à 11h retenus au poste de police de Radès (banlieue sud de Tunis).

Le CNSHBM remercie vivement les unions régionales de travail à travers le pays, notamment l’union régionale et les unions locales de travail à Kairouan, pour l’intérêt qu’elles portent à l’affaire du Bassin Minier et l’organisation de plusieurs rencontres à cet effet.

Le CNSHBM dénonce avec vigueur l’interdiction faite aux avocats et défenseurs de leur droit à la libre circulation, droit systématiquement entravé. Pour mémoire, Maître Abdessattar Ben Moussa a été empêché de se déplacer à Kairouan pour assister à une rencontre organisée au siège de l’Union Régionale de Travail (U.R.T.)
Le CNSHBM estime que cette attitude sécuritaire est contraire à toutes les lois du pays et qu’elle complique davantage la relation des autorités aux composantes de la société civile.

Tunis : Le 16 février 2009

Pour le Comité National de Soutien aux Habitants du bassin Minier

Messoud Romdhani

Abderrahman Hedhili

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose