attariq aljadid

Accueil > Français > Actualités nationales > Conférence de presse de l’Ambassadeur de France à Tunis A propos d’économie et (...)

Conférence de presse de l’Ambassadeur de France à Tunis A propos d’économie et d’émigration

dimanche 1er février 2009

La conférence de presse de rentrée de l’Ambassadeur de France à Tunis, M. Serge De Gallaix, a été l’occasion de dresser le bilan de 2008 et d’esquisser les perspectives pour 2009 en matière de relations entre la France et la Tunisie.

Ainsi, il est clair pour M. De Gallaix que la visite d’Etat du Président Sarkozy d’avril 2008 – qui a été couronnée par la signature de plusieurs accords importants – a fortement dopé des relations solides et anciennes, mais qui ont besoin d’être renouvelées…
Ce renouvellement passe essentiellement par le nécessaire dépassement de simples relations commerciales, certes privilégiées (le taux de croissance des échanges économiques entre la France et la Tunisie, en 2008, a été supérieur à celui des échanges entre la France et le reste du monde), pour inaugurer un véritable partenariat industriel.
Ce partenariat devrait se concrétiser, notamment, dans l’aéronautique et le nucléaire où la Tunisie a tout à gagner en matière de transfert de technologie. Par ailleurs, et en règle générale, la présence des entreprises françaises en Tunisie – aujourd’hui 1200 – serait destinée à gagner en nombre et en visibilité et ce, pas seulement en raison du supplément d’attractivité que les mégaprojets vont conférer au « site Tunisie » ou de la récession en Europe qui ne manquera pas de favoriser les délocalisations vers la Tunisie, notamment. En effet, le renforcement de la présence des entreprises françaises en Tunisie, devrait être perçu, selon M. De Gallaix, comme la volonté d’une alliance stratégique. Car, on a, tous les deux, intérêt à « raisonner régionalement »…

Le deuxième volet où, de l’avis de M. l’ambassadeur, la concertation entre les deux pays a abouti à un « accord exemplaire » sur un sujet pourtant très délicat – car l’affect y joue un rôle important – est celui de la gestion de l’émigration. En effet, 2008 a été une année record pour ce qui est du nombre de visas délivrés (79000), avec un taux de refus parmi les plus bas du monde (moins de 10%). De même, le consulat s’engage à éliminer, à moyen terme, le phénomène humiliant des longues files d’attente et ce, en améliorant le système de rendez-vous et en doublant la capacité d’accueil de ses services.

Reste le volet diplomatique traditionnel, plus politique, avec, notamment, tous les problèmes liés à la mise en œuvre de l’Union Pour la Méditerranée. Sur ce sujet, l’Ambassadeur n’a pas été très loquace. Le maître mot est ici, pour lui, le pragmatisme. Certes, les derniers événements au Proche-orient ont rendu les choses encore plus difficiles. « Il faut veiller, cependant, à ce que le court terme ne compromette pas le moyen et le long terme ».

B. Gh.

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose