attariq aljadid

Accueil > Français > Actualités nationales > Formatage tout au long de la vie…

Enseignement Supérieur :

Formatage tout au long de la vie…

dimanche 30 novembre 2008

Je voulais crier au complot. Une volonté de chlékarisation à outrance du corps savant serait-elle en cours d’installation ? Cette profusion de circulaires, de recommandations, de restrictions, d’autorisations, de permissions ne veut vraisemblablement pas s’arrêter. Que se passe-t-il au niveau de notre tutelle ? Une crise de confiance profonde ? Une réelle volonté de pro(jets) à travers les textes ? Je suis perdue entre les écheveaux d’une administration tentaculaire et le mutisme d’un corps professoral en mutation.

Tous les jours, j’ai accumulé les preuves d’un pseudo-machiavélisme sans fin ! Une espèce de plan de « destruction massive » des libertés illusoires dont jouissent les enseignants chercheurs et tous les pratiquants de l’enseignement supérieur.

La circulaire MES du 29-09-2007 qui annule le paragraphe n2 du chapitre 11 de l’ordre n2333 de l’année 1993 (22-11-1993) est l’une des dernières aberrations du système. Par un raccourci, elle vient interdire une 2e inscription pour les titulaires d’un diplôme supérieur voulant continuer à profiter du savoir universitaire. Elle interdit donc au médecin de poursuivre des études de droit (pour construire une double compétence relevant de la médecine légale, par exemple) ou encore au gestionnaire d’intégrer une formation de sociologie pour mieux cerner les phénomènes collectifs. Bref, tout simplement, et contrairement au discours officiel qui prêche une formation tout au long de la vie, le texte jette la responsabilité de ce genre d’inscription à la discrétion des présidents d’université, qui ne veulent pas la prendre…. Pour toutes sortes de raisons !

J’imagine que la décision a été « préparée » par des administratifs frileux d’équivalences. Comme le nombre de demandes foisonne dans certaines universités, et comme les filières passées au nouveau système LMD souffrent de grandes possibilités d’équivalences en cours de cursus, la tutelle a préféré ne pas trop « se casser la tête » et a produit cette fameuse circulaire… Résultat des courses : plus d’inscriptions possibles, plus de dérogations pour ceux ou celles qui ont déjà un diplôme… Qu’ils restent avec leurs vieilles connaissances, poussiéreuses, hantés par les vestiges d’un passé où la carrière se construisait sur une seule ligne, par une seule compétence… jusqu’à la fameuse retraite. Cela me rappelle un vieil adage bien de chez nous… « La porte qui te ramène du vent, il vaut mieux la fermer » !

Réveillez-vous, chers fonctionnaires ! Osez regarder le monde et comprendre qu’avec toute la masse de complexité qu’on doit gérer au quotidien, il faut plus qu’un diplôme, plus qu’une formation et bien plus qu’une malheureuse place à l’université !

O. K.

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose