attariq aljadid

Accueil > Français > Opinion libre > Lundi et ses invités

Lundi et ses invités

dimanche 20 avril 2008

Un célèbre quotidien – de langue française – de la place a eu la bonne idée de consacrer un espace hebdomadaire à la couverture de l’activité d’organisations de la société civile et des partis d’opposition, notamment, en interviewant leurs militants.


L’initiative est bonne, excellente même ! Car, elle contribue, d’une certaine manière, à mettre fin à la marginalisation, voire à l’exclusion, de la société civile et politique tunisienne (hors RCD) du champ médiatique national.

L’intérêt pour cette rubrique hebdomadaire est allé croissant avec le constat de l’espace, relativement très important, qu’elle a consacré d’abord à un débat franc sur la ligue des droits de l’homme et son avenir, ensuite au mouvement Ettajdid, particulièrement à la veille et au lendemain de son dernier congrès.

Il est vrai que, nombreux sont ceux qui, parmi nous, considéraient – et qui considèrent encore – qu’il s’agissait d’un congrès historique non seulement pour notre mouvement mais aussi pour toute la mouvance démocratique et progressiste du pays. Toutefois, nous étions loin de penser que ce sentiment était partagé par des cercles plus larges que ceux des militants, allant jusqu’à inclure ceux des journalistes qui s’intéressent à la chose politique dans notre pays.

En tout cas, c’est ce que pouvaient nous faire croire l’intérêt incontestable porté par ce journal à l’activité du parti et la multiplication des interviews aux parties prenantes de ce long processus initié depuis la Mubadra et menant au congrès unificateur.

Hélas, on a dû rapidement déchanter. Les semaines succédant aux semaines, et les Lundi aux Lundi, il fallait se rendre à l’évidence : de l’ensemble des activités du parti, de ses projets, de ses défis et des questions qu’il est appelé à affronter, une seule, manifestement, intéressait notre rubrique : celle des « mécontents », comme elle les a appelés.

Et si, comme il est arrivé parfois, l’hôte du Lundi pose une question sur l’action du parti depuis le congrès, la réponse, manifestement, ne l’intéresse pas ! Comme en témoigne la « disparition » de l’essentiel du développement du premier secrétaire qui, ainsi que le montrent les lignes qui suivent, n’était pas « hors sujet » :

« Bien des choses ont été accomplies sur le plan politique pour la mise en oeuvre du programme décidé par notre congrès. Depuis la « rentrée » politique, nous avons organisé pas moins de deux manifestations publiques par mois sur des sujets diversifiés (politiques, sociaux, culturels, etc.). Permettez-moi de profiter ici de l’occasion pour annoncer la tenue d’un colloque sur « Gramsci, la Culture et les Intellectuels », et ce vendredi 28 mars à 15h, à la Maison de la Culture Ibn Khaldoun. Nous avons également pris des initiatives en phase avec les luttes, dont celles des populations du Bassin minier de la région de Gafsa, en faveur desquelles notre mouvement a développé une action constante de solidarité et présenté des propositions concrètes, comme celles contenues dans la lettre que nous avons adressée au chef de l’Etat. Nos représentants au sein de la Chambre des députés, du Conseil économique et social, des Conseils Consultatifs Supérieurs se sont distingués par leur dynamisme et leur sérieux. Ils ont montré comment un parti peut être une force à la fois d’opposition ferme et de proposition constructive. Nous avons respecté l’engagement pris au Congrès de transformer Attariq Al Jadid en un journal hebdomadaire. C’est maintenant chose faite depuis début février, et ce après vingt ans de parution comme mensuel. Notre journal a renoué avec sa vitalité des années 80, et en plus, il est bilingue ; il a trouvé sa nouvelle vitesse de croisière et il s’améliore et élargit son lectorat de semaine en semaine... Un nouveau site web est en cours de construction et il sera opérationnel très bientôt… ».

Quelle est la logique de cette approche ? On ne le sait pas ! Il est regrettable, toutefois, de constater qu’à l’arrière-plan des interviews, il y a une vision partielle (et partiale ?) de l’action du parti. C’est dommage ! Car on continue de croire que, malgré tout, cette rubrique reste foncièrement positive par l’espace qu’elle accorde à tous ceux et toutes celles qui n’ont que très rarement l’occasion de paraître sur la scène médiatique nationale et de parler à tous les Tunisiens. Mais restons optimistes ! Et espérons que demain sera meilleur. A la prochaine ! A lundi prochain ?!...

Baccar Gherib

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose