attariq aljadid

Accueil > Français > Edito > Budget 2011 : Quoi de neuf ?

Budget 2011 : Quoi de neuf ?

dimanche 5 décembre 2010

Par Tarak Chaabouni

Samedi 27 novembre, la Chambre des Députés a entamé son exercice annuel de discussion du Budget de l’Etat 2011 et de son corollaire, le Budget économique. Occasion rare de discuter l’ensemble de la politique gouvernementale, le « marathon budgétaire » est de fait réduit à une semaine, exactement, où, en plus du Budget ,la Chambre doit voter la Loi des Finances qui l’accompagne. La création de la Chambre des Conseillers par le référendum de 2002(boycotté par le Mouvement Ettajdîd) a accentué le côté expéditif des débats pour en accroître surtout le côté formel.

Malgré tout, écoutons ce que dit le Gouvernement pour notre futur proche.

L’essentiel du message peut se résumer à : « La crise est passée, allons de l’avant ». Mais la situation se présente-elle ainsi ?
S’agit-il de reprendre la marche comme avant, dans le cadre du modèle dans lequel nous vivons depuis l’accomplissement du « Programme d’Ajustement Structurel » et de la signature du Traité avec l’Union européenne - un modèle basé de plus en plus sur la croissance par les exportations, situation très concevable pour un petit pays, mais où la croissance elle-même entraînait un déficit accru de la balance commerciale, compensé par les recettes du tourisme et des envois des Tunisiens à l’étranger ?

Les résultats de 2010 préfigurent-ils cette la reprise annoncée ? Certes, les exportations se sont accrues de 20% et les importations de 30%, causées selon le Gouvernement par un progrès des investissements entraînant plus d’importations de biens d’équipement. Notons seulement que le déficit de la balance commerciale est passé de 5000 millions de Dinars en 2008 à 7000 en 2010, et que la compensation par le tourisme et les Tunisiens de l’étranger a progressé très modestement. L’Indice de production industrielle, quant à lui, et malgré une sensible reprise en 2010, est encore légèrement inférieur à son niveau de 2008.

Comment, vu les résultats acquis et dans un contexte international caractérisé par une sortie hésitante de la crise, passer d’un taux de 3,7% prévu pour 2010 à un taux de 5.4% en 2011, un taux supérieur à ceux de tous les pays partenaires et environnants  ?
Passons rapidement sur des prévisions sectorielles du tourisme portées de 8 à 9%, alors que les réalisations ont été de 2%, et examinons attentivement les moteurs de croissance futurs d’un pays en rattrapage, qui ne peut être que l’investissement. Son taux global, de 22%, peut paraître acceptable à la rigueur, s’il n’était le résultat d’un effort accru de l’Etat pour les infrastructures(routières en premier lieu) , effort qui doit se ralentir pour préserver l’équilibre des comptes publics et doit donc passer le relais à un secteur privé national dont la contribution à l’effort global tend à diminuer(après un pic à 14% du PIB au début des années 90,il tend à stagner autour de 10% en 2006,alors qu’il atteint 19% pour les pays d’Europe centrale et orientale, concurrents directs de la Tunisie sur le marché européen), et ce dans un cadre législatif qui évolue, mais aussi dans une ambiance de sentiment diffus que « le jeu est fermé » ou qu’il n’est ouvert que pour quelques-uns.

Pour débattre de l’ensemble de la politique du Gouvernement et des nécessaires mutations de l’appareil productif tunisien vers de nouveaux secteurs prometteurs, seuls susceptibles d’intégrer des jeunes de plus en plus diplômés et qualifiés(mais n’oublions pas les dizaines de milliers de jeunes qui abandonnent l’école avant même l’âge légal), une mutation politique est nécessaire.

Sera-t-elle possible dans le cadre d’un paysage qui voit un parti ultra-dominant et une opposition émiettée dans des institutions qui sont censées avoir pour mission de refléter une opinion publique active, encadrée par des médias véritables (l’opinion publique embryonnaire des médias électroniques et de facebook finira-t-elle par déboucher sur la scène publique ?)

L’appel au débat national lancé par Ettajdîd et ses alliés en mars 2010 finira-t-il par être entendu en 2011 ?

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose